Périmètres et échelles d'intervention

Un concours aux multiples échelles

Pour répondre aux problématiques soulevées, les candidats pourront prendre en compte plusieurs dimensions en jouant sur quatre échelles spatiales et temporelles.

Ces échelles ci-dessous donnent certaines indications, cependant le concours s’attache plus à détailler les enjeux de réaménagement que de circonscrire un périmètre étroit d’intervention.

 

Les quatre échelles spatiales

. La partie la plus partagée de la ville où se concentrent les enjeux les plus sensibles et donc les solutions à trouver : le centre-ville, les quais et le front de mer (emprise de la voiture, congestion, cadre de vie, valorisation patrimoniale...)

. La commune dans son ensemble : diminuer la fracture entre la partie haute et la partie basse de Trouville, connecter les quartier, penser la fluidité des circulations...

. L'environnement de Trouville : continuité des circulations avec le littoral et l’arrière pays...

. La transversalité des échelles : éviter que les voitures ne s’engouffrent dans le centre-ville, c’est penser le réaménagement en amont, imaginer des solutions de parkings ailleurs et des systèmes multi-modaux de déplacements, réfléchir aux transports en commun qui relient les différentes parties de la ville, et la ville à l’extérieur...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les quatre échelles temporelles

. L’échelle du quotidien et du permanent : le Trouville des résidents à l’année, le Trouville des habitants,

. L’échelle intermédiaire qui prend en compte les vacances scolaires d’hiver, les week-ends : le Trouville des résidants secondaires et des visiteurs occasionnels,

. L’échelle du temps de l’été et des longs week-ends, Trouville-sur-Mer au rythme des vacances avec une population qui atteint 50 000 personnes,

. L’échelle du temps long, du patrimoine, du durable. Un patrimoine existe déjà, mais agir sur un aménagement urbain au présent c’est aussi inventer un patrimoine pour l’avenir, construire un patrimoine futur.